Vic-admin

/Vic-admin

About Vic-admin

This author has not yet filled in any details.
So far Vic-admin has created 17 blog entries.

Toujours des surprises…

Cet article change des autres, tout comme son acteur principal ! Je m’explique…

Je suis dans le TGV pour aller travailler en Italie. Le trajet Paris-Turin est très beau, longeant les Alpes et le Lac du Bourget, et je suis plutôt de bonne humeur, contente de travailler dans le wagon silencieux et d’observer les autres passagers, toujours source d’inspiration. Une personne en particulier m’interpelle en me provoquant une sensation étrange, inexplicable : une jeune femme asiatique, grande comme moi, souriante mais perdue, qui n’arrive pas à trouver son siège. Quelque chose me dit qu’elle ne parle pas le français, alors je lui propose de l’aide en parlant anglais, et l’air soulagé, elle commence à me raconter plein de choses.

Thaïlandaise, elle s’appelle Li et traverse l’Europe toute seule, « pour se sentir plus forte » dit-elle en faisant un geste de bodybuilder. Après quelques jours à Paris (« où le temps et les gens sont froids »), elle est curieuse de découvrir Milan. Ainsi arrive la première surprise : je lui demande ce qu’elle pense faire à Milan, et elle répond d’un air à la fois timide et coquin : « De la pole dance ! ». Je suis tellement étonnée qu’aucun mot n’arrive à percer mon sourire Kodak, et on reste figé jusqu’à ce qu’elle reprenne sa place quelques minutes plus tard.

Curieuse quand même, après quelques heures de trajet je lui propose de m’accompagner à la voiture-bar pour prendre un café ou un thé. « Oh oui ! » dit-elle avec une bonne dose d’enthousiasme. A 11h du matin il n’y a pas grand-monde au bar, à part quelques anglais qui commencent à fêter la journée, ou bien à oublier la soirée de la veille…bref ! Li les fixe avec intérêt, et j’ai du mal à attraper son regard pour lui demander ce qu’elle veut boire. Il faut bien 30 secondes avant qu’elle dirige ses yeux vers moi et déclare : « une bière ! » Surprise numéro deux ! Je tombe dans les clichés peut-être, mais les femmes asiatiques que je connais ne boivent pas beaucoup d’alcool, surtout à 11h du mat… Mais bon, j’aime les situations décalées, alors pourquoi ne pas la suivre dans son délire ?

Toujours des surprises…

2 minutes plus tard les bières sont servies. Elle descend la sienne en 3 minutes et demie environ, et commande une autre (surprise !), tout en surveillant les anglais, qui passent déjà aux digestifs (pas de surprise !) Elle me raconte l’histoire de son petit-ami, un pilote d’avion hollandais qu’elle ne voit jamais, et qui n’a pas l’air sympa, « mais le sexe déchire ! » Surprise ! Jamais vu un tel manque de pudeur de la part d’une asiatique parfaitement inconnue quelques heures auparavant, mais je tombe dans les clichés peut-être…

Ca continue. C’est l’ambiance dans la voiture-bar IdZap. Le barman met du Stevie Wonder et Li se met à danser, faisant comprendre aux anglais qu’elle ne porte pas de soutif (surp—- vous connaissez la suite). Je suis le mouvement (sauf la partie soutif), mais je n’arrive pas à me débarrasser de l’idée que quelque chose ne va pas.

Je m’excuse gentiment et retourne à mon siège, où (en mode Sherlock Holmes) je fais quelques recherches sur la culture thaïlandaise, les femmes…et…su—— ! Je découvre un article sur les « lady boys », quasiment un genre à part, largement intégré et toléré en Thaïlande : de jeunes hommes qui s’habillent en femme avec une crédibilité remarquable, tout en gardant leurs « parties » masculines. Il y a même un article intitulé « Comment savoir si la fille que vous draguez est un lady boy – avant qu’il ne soit trop tard ! » Toutes les indications s’appliquent à ma nouvelle copine. Ca y est, je ne suis plus surprise…

Je suis à la fois déstabilisée, amusée et touchée d’avoir passé du temps avec Li. Elle est cool, pleine de vie, et à la recherche de contact, tout simplement, comme nous tous. Pourquoi est-ce tellement important de « saisir » le genre, la sexualité d’un être humain pour être à l’aise ?

C’est une belle leçon de souplesse d’esprit, et j’espère que Li fait un carton à Milan. 🙂

Toujours des surprises…

Coucou de l’Italie !

By |2018-09-24T17:55:29+01:00septembre 24th, 2018|La vie de tous les jours, Voyages|0 Comments

Ode au Café U !

Ayant grandi dans plusieurs endroits du monde (Détroit, Rochester, Grand Rapids, Miami, Boston, Munich…), je n’avais jamais pu suivre l’évolution d’un lieu, d’une amitié, ou d’une activité pendant plus de 5 ans. D’où mon émotion la semaine dernière, à la soirée d’adieux au club parisien mythique, le Café Universel.

Anciennement appelé le Mineschola, cette sorte de pub international dans la rue St. Jacques (Paris 5ème) est tout en longueur avec une déco plutôt flashy : une grosse Statue de la Liberté en plastique a sa place permanente au bar, et des étoiles au plafond portent les noms des artistes attitrés (oui, j’en ai une !).

En poussant la porte, on est frappé par le sourire, les bras ouverts et le « Bienvenue au Café Universel !» d’Azou, l’âme du Café U. Elégant, rêveur, avec un petit air de Ricardo Montalban, Azou est parmi les premiers patrons de club à me donner carte blanche : en 20 ans d’aventures musicales, j’y ai pu animer des jam sessions, jouer avec différents musiciens, développer mon style atypique, et partager mes trois albums en tant que leader. Avec des amis et des élèves de tous horizons on a passé beaucoup de soirées à siroter la bière fraîche et les cocktails aux noms créatifs, tout en écoutant de la musique live, authentique, parfaite dans son imperfection.

D’autres souvenirs surgissent : la planche qui me tombe sur la tête en plein milieu de la chanson…l’inversion des rôles en fin de soirée, avec le pianiste Nico Morelli au chant et moi-même au piano pour une version inouïe (le moins qu’on puisse dire) de « My Funny Valentine »… « les meilleurs croque-monsieurs de Paris » (selon Azou)…la joie de se lancer, se tromper…

Passionné par la culture japonaise, Azou a flashé sur la chanson « Watashi » de mon premier album, « Twinkle ». Au fil des années on a pris l’habitude de se saluer en disant tout simplement « Watashi ! » – ce qui est drôle quand on connaît la traduction française : « Je ! » Bref, ça fait sourire, comme tant d’autres choses dans ce lieu, un vrai bijou largement consacré à l’expression vocale.

Aujourd’hui Azou prend sa retraite, et je tiens à le remercier pour ces belles aventures, ces occasions de se (re)trouver, de faire vivre la musique et la créativité. Watashi !

By |2018-04-23T14:47:52+01:00avril 23rd, 2018|Jazz vocal|0 Comments

La fin d’année, les voyages, le Club Med…mélange parfait !

Ca y est, une nouvelle année voit le jour, et je tiens à rédiger un mot de gratitude pour les aboutissements de 2017, ainsi qu’un mot d’espoir pour 2018. J’ai eu l’immense chance de faire une cinquantaine de dates cette année, de fêter l’éclosion de mon nouvel album Take Two en présence de Federico Casagrande, Olivier Louvel, Dano Haider et Lucien Zerrad, d’écrire des paroles pour Didier Gustin, de découvrir de nouveaux lieux en France et en Italie, et de coacher plusieurs groupes et individus, de tous âges et tous niveaux.

L’année a fini – et démarré – avec un séjour professionnel au Club Med, cet organisme mythique qui invite des artistes depuis belle lurette afin d’amuser les clients à l’heure de l’apéro. L’un des plus grands plaisirs de ce métier est la découverte de nouvelles destinations tout en gagnant sa vie avec la musique. Si mes souvenirs sont bons, avec de chers amis musiciens on est déjà parti une quinzaine de fois, notamment au Portugal, en Turquie, au Maroc, en Suisse, à Ibiza, et à plusieurs destinations en France. Selon le village, on a plus ou moins d’opportunités de nous exprimer musicalement, et surtout – on a accès au buffet illimité trois fois par jour !

A l’année 2018, qu’elle soit remplie de belles choses, équilibrées, calmes, passionnées, décalées…

By |2018-01-19T11:31:04+01:00janvier 19th, 2018|Jazz vocal, Voyages|0 Comments

« Take Two », mon nouvel album !

Sortie le 29 septembre 2017 (Blue Moon Inner Jazz / Fresh Sound / Socadisc)

Il y a quelques années, le metteur en scène Eric Fauveau m’a invité à présenter un concert au Théâtre du Bois d’Arcy dans les Yvelines, autour d’une thématique. Spontanément l’idée du cinéma m’est venue à l’esprit, avec son lien indéniable au chant et au jazz. Cette soirée a semé les graines du projet qui voit le jour aujourd’hui.

Une « take » est une « prise » en anglais, soit de son, soit d’images. Pour arriver à un bon résultat (si bien au studio que sur le plateau de tournage), il peut y avoir plusieurs prises afin de peaufiner chaque détail ; plus rares sont les premières prises parfaites, ou magiques malgré (grâce à…) leurs imperfections. Dans le cas de mon nouvel album « Take Two », le « two » fait référence non pas à la deuxième prise, mais au fait qu’il réunit deux instruments à la polyvalence infinie : la voix et la guitare, pour une série de duos.

En fait, il faut dire aussi que j’aime la sonorité de ce titre, tout simplement. Dites-le plusieurs fois à haute voix, et vous verrez : Take Two Take Two Take Two… 🙂

Quel périple de faire naître ce zygote ! (autre joli mot)

Dès la conception, j’ai voulu faire comme une série de courts-métrages de styles très différents – d’où le choix de cinq guitaristes aux sons et parcours divers (et pas des moindres !) : Nguyên Lê, Lionel Loueke, Federico Casagrande, Guilherme Monteiro et Dano Haider. Vu la richesse et du répertoire de cinéma, et de l’orchestration qui l’accompagne souvent, pour faire des interprétations « rummleriennes » je suis partie à contre-courant, vers le minimalisme spontané, sans regarder en arrière.

C’est passionnant de voir comment les choses s’enchaînent, une fois que l’on s’engage sur un chemin : un ami producteur à New York m’a présenté Guilherme Monteiro pour notre première enregistrement ; j’ai recroisé Nguyên Lê « par hasard » au moment de planifier la deuxième séance ; lors d’un concert de Federico Casagrande on a joué un morceau ensemble ; Dano Haider a refait surface depuis le sud de la France ; et Lionel Loueke, ayant apprécié mon univers, a répondu présent pour le dernier enregistrement. Quelles émotions, quels sons, quelle liberté qui fait peur aussi ! Evidemment, je n’ai pas pu m’empêcher de sculpter deux pièces uniquement vocales (petit clin d’œil au groupe vocal dont je fais partie depuis 10 ans, les Grandes Gueules a cappella), ce qui rajoute une autre dimension encore.

Le côté visuel de mon nouvel album « Take Two » a également été réalisé par la force du « hasard » et de l’amitié (Bernard Nicolau-Bergeret, Brigitte Badier, Patrice au Ciné 104, Imelda O’Reilly, Joe Foley, Pat et Steph de Swip Swap, et Gildas Boclé).

Et pour finir, concernant la production et l’organisation je suis très reconnaissante à l’association Poisson Papillon, au label Blue Moon Inner Jazz, et surtout à Henri Laurence. Pour la promotion et la diffusion je suis entourée de Sylvies (Durand et Jacquemin). Décidément, même un album minimaliste implique un max de personnes, dont vous-même, les lecteurs, les mélomanes, les cinéphiles… alors bonne découverte de mon nouvel album « Take Two » !

By |2017-09-18T11:06:17+01:00septembre 18th, 2017|Jazz vocal, paroles|0 Comments

Ode à Avignon

L’été est arrivé, et pour la 6ème fois, à partir du 6 juillet, je participerai au Festival Off avec le groupe vocal Les Grandes Gueules.

Comment décrire cette expérience ? Souvent on me demande si ce n’est pas trop fatigant. « Oui et non », je réponds :

« Oui » parce qu’il s’agit de se lever à 7h du matin vingt-cinq jours de suite, pour une mini-séance de yoga suivie par le petit déj, l’échauffement vocal, la préparation, une demi-heure de bus, l’installation et la balance au théâtre, le spectacle, le démontage du plateau pour laisser la place à la compagnie suivante, et la parade pour chanter et tracter sur les terrasses de cafés, histoire de promouvoir le spectacle du lendemain. Il y a environ 1 500 spectacles dans le festival off, 1 500 compagnies donc qui font plus ou moins le même rituel – le tout dans un cadre méga-ensoleillé où la température reste autour de 30 degrés.

« Non » parce que le cadre est méga-ensoleillé, et on absorbe vite tous les détails de ce rituel (voire la position de chaque câble, projecteur et chaussure…) pour se concentrer sur ce qu’on fait de mieux : partager notre spectacle, nos quatre voix et personnalités différentes, même nos fragilités quand la fatigue ou la chaleur commence à prendre le dessus. Les spectateurs sont nombreux, professionnels, amateurs, tout près, 100% avec nous pendant une heure et quart. En sortant du théâtre, malgré la chaleur on baigne dans la fraîcheur des innombrables artistes, leurs décors, leur créativité, leur sens d’humour. Avignon Off est une ode à l’humanité…

By |2017-07-05T16:09:21+01:00juillet 5th, 2017|Jazz vocal, Voyages|0 Comments

Le Chant joyeux, ou La Joie de chanter

Dans le cadre de nos prestations avec le groupe vocal les Grandes Gueules, on est parfois amené à animer des stages de chant soit pour des adultes amateurs, soit dans des écoles, collèges, maisons de retraites, ou foyers pour personnes handicapées.

Au début j’appréhendais ces séances, car on découvre les conditions de travail, et surtout les participants, en direct live, avec comme seule préparation notre expérience musicale et humaine. Mais c’est justement ça qui me ramène à l’essentiel de ce métier.

Après des années, voir des décennies de cours, d’enregistrements, de concerts, de démarchage, de campagnes pour cueillir des fonds et faire la promo, ces rencontres me rappellent que le chant est avant tout la JOIE de transformer la respiration en un son que l’on puisse ensuite partager, moduler, unir avec les autres, et utiliser comme baromètre pour son propre état d’esprit. Ma voix me dit quand je suis fatiguée ou énervée. Et le fait d’offrir cette expérience à des personnes aussi différentes est passionnant et émouvant, peut-être même plus que de chanter pour les grandes occasions !

En partageant notre travail, on trouve de tout : chez les enfants, de l’enthousiasme qui nous épuise, de la gêne qui fait rigoler ; chez les ados, un air blasé accompagné par des “c’est pas mal” et un super engagement au concert quand même ; chez les personnes en difficulté, de l’émotion pure, des câlins, des souvenirs d’airs chantonnés au siècle dernier, des étincelles dans les yeux de plus en plus souvent vides ou fermés.

C’est ça, chanter, vivre, occuper cette planète !

By |2017-03-28T15:25:13+01:00mars 28th, 2017|Jazz vocal|0 Comments

En Résidence

Ca y est : le mercredi 21 décembre 2016, les Grandes Gueules a capella feront la création du spectacle Salvador ! (Henri, non pas Dalí) au Théâtre d’O à Montpellier. Trois concerts, le 21, 22 et 23 marqueront la fin d’une série de résidences artistiques effectuées depuis mai 2016, dans différentes salles françaises.

En fait, c’est quoi une résidence ?

Bonne question…

Faire une résidence est vivre dans une bulle bien éclairée, parfois bruyante, pendant environ 3 à 15 jours. On est logé, blanchi, et nourri – de spécialités locales ainsi que de musique, paroles, lumières, déplacements et pas de danse. En fait on “squatte” le théâtre pour pouvoir peaufiner tous les aspects d’un nouveau spectacle, dans des conditions réelles. C’est une belle sensation de pouvoir consacrer du temps rien qu’à la recherche d’idées, au chant, à la polyphonie, et à la mise en espace sur le plateau. Ca change des gigs où l’on arrive l’après-midi, on fait la balance avec plus ou moins de succès, on joue le soir et hop ! On repart.

Bien sûr, et surtout avec ce groupe qui fait un travail très pointu sur le son, la technologie et l’éclairage, il y a des blocages et des périodes d’attente, mais mêmes ceux-ci peuvent se transformer en moments créatifs. Je pense à la traversée des champs en voiture pour trouver le bon parking du domaine, la séance de Wii / Let’s Dance 2017 pour cueillir des idées de chorégraphie, et les innombrables photos et mini-films pour roder des grimaces, des bruits, des phrases fétiche…

A mon avis la clé d’une résidence réussie est la souplesse d’esprit : pas toujours évident de trouver l’équilibre entre ses propres idées / besoins / points de vue, et la mise en veille de ceux-ci pour avancer plus vite et laisser la place aux autres. Pour certains il faut des décennies pour arriver à ce lâcher prise, et évidemment il y en a qui n’y arrivent jamais…

Mais le 21 décembre le travail et le questionnement seront oubliés, et l’on tentera de créer des moments de magie en tirant notre chapeau à cette grande figure de la chanson française, Henri Salvador. Quelle chance d’être en compagnie de David Richard, Marie Foessel, Bruno Lecossois, Sophie Maio (son et lumière) et Dominique Ratonnat (mise en scène). Croisons les doigts pour cette nouvelle aventure !

VisuelNoStop

By |2016-12-22T12:12:39+01:00décembre 18th, 2016|Jazz vocal|0 Comments

Petit déj chinois ?

Récemment j’ai été invitée à animer une semaine de master-class à Chengdu en Chine. N’ayant jamais travaillé avec les chinois, et n’étant pas responsable de l’organisation du voyage, je ne savais pas à quoi m’attendre. L’expérience fut tout à fait surprenante !

Par exemple, par la magie de notre interprète on apprend le premier jour qu’il est assez courant de dire, à la première rencontre, afin de savoir si la personne est bien arrivée et installée, etc. : « Bienvenue ! Vous avez eu la diarrhée ? » C’est véridique ! Imaginez ma tête en entendant ça de la bouche du directeur de l’université de Chengdu ! Puis il y a l’histoire du petit déjeuner…

C’est sûrement mes racines anglophones qui font que j’adore le petit déj sous toutes ces formes, et que je souffre si le destin m’empêche d’en prendre. Qui aurait cru que la Chine présenterait un défi très original de ce point de vue ? Le premier jour, à l’hôtel très agréable dans un quarter chic de Chengdu, je cherche la salle / le restaurant / le café qui existe dans quasiment tous les hôtels du monde, avec le parfum du café qui vous montre le chemin si vous ne le trouvez pas tout de suite. N’est-ce pas ? Dans cet hôtel toutes les indications sont en chinois, les deux personnes à l’accueil ne parlent que le chinois, il n’y a pas de restaurant au rez-de-chaussée de ce gratte-ciel haut de 50 étages, et le chauffeur arrive avant que je ne trouve mon bonheur. Toujours optimiste, je serre les dents en espérant prendre quelque chose sur le chemin.

Arrivée en avance à l’université, je fais comprendre à notre guide du jour que j’ai faim. Elle réagit avec un sourire qui cache mal son angoisse à l’idée d’organiser quelque chose à l’improviste, et surtout d’approfondir notre communication. Après 10 minutes de marche sur les chemins larges et verdoyants du campus, on arrive à un petit stand qui vend du thé, du café (hallelujah !) et du yaourt (bof…mais youpi, il n’y a que ça !). Avec gestes et sourires j’indique ce que je veux, et le vendeur l’emballe en me fixant comme le gamin qui découvre E.T.
Idéalement je m’assiérais par terre pour tout consommer en un temps record, mais la guide fait « Come ! » pour que je la suive – où ? Mystère…

Après une demi-heure de marche, yaourt chauffé à la main, j’aperçois une rue avec plein de petits restaurants à l’extrémité du campus. La guide en choisit un, nous conduit à une table, et se met à commander. Dix minutes plus tard, c’est Byzance : du riz, des légumes, du fromage frit, du tofu, de la soupe, bref, une dizaine de plats pour accompagner mon pauvre yaourt ! Pendant que je mange pour quatre, notre interprète « officiel » surgit de nulle part et nous explique que dans environ une heure et demie, après le premier master-class, on ira…manger !

Le deuxième jour je renouvelle mes efforts pour trouver le restaurant de l’hôtel. L’interprète ayant dit qu’il se trouvait au 11ème étage, je m’y dirige bien en avance (après avoir pris le mauvais ascenseur, qui ne s’arrête pas aux étages impairs), pour enfin profiter pleinement du petit déj chinois. Les portes de l’ascenseur s’ouvrent…dans un nuage de poussière et des ronronnements de perceuse ! Tout l’étage est en travaux, et ma seule consolation est de bien faire rire les ouvriers qui sont stupéfaits de me voir débarquer parmi les seaux de peinture.

Le troisième jour je commence à réfléchir à d’autres alternatives, mais mon partenaire de voyage (fan du petit déj lui aussi), s’énerve et prend les choses en main. Fixant la jeune fille de l’accueil d’un regard de taureau, il aboie le mot magique, que personne n’avait compris le premier jour : « BREAKFAST ! » Les yeux de la fille démontrent une vraie peur mélangée d’une lumière de compréhension ; avant que mon partenaire puisse l’approcher davantage, elle saisit un cahier et nous porte enfin fortune en écrivant le numéro 13.

La victoire, le paradis au 13ème étage ! Des œufs, du riz, du café, des légumes, des petits pains à la texture guimauve grise, des clients qui font du bruit en mangeant…tout est délicieux, inoubliable !

Mais en fait…avez-vous eu la diarhée ?

PandaLove

By |2016-12-22T12:12:39+01:00août 13th, 2016|Jazz vocal, Voyages|0 Comments

Les paroles en anglais – en France !

Depuis toujours, je suis passionnée par les sons, les langues et langages, la musique bien sûr ; alors quoi de plus naturel que d’écrire des paroles en anglais, en France ?

Quand on parle plusieurs langues (anglais-français-allemand-italien dans mon cas), parfois on a droit à des moments de confusion totale qui aboutissent à des tournures de phrase étranges ou des trous de mémoire. Selon le jour, c’est frustrant ou amusant. Mais on a aussi la capacité de faire et comprendre des jeux de mots entre deux langues. Un exemple : « Why didn’t the Frenchman take another egg? Because one was un œuf. » C’est tout con, mais ça me fait sourire depuis le lycée.

En même temps, un certain perfectionnisme et respect pour la parole me poussent à entretenir chaque langue bien séparément, pour éviter la « contamination » dans la mesure du possible. Quand j’écris des paroles pour mes chansons, les mots sont étudiés, pesés, et prononcés avant de s’intégrer dans la phrase. Je tiens à ce qu’ils soient fluides dans l’exécution, que l’expression soit claire (soit des images, soit des messages), et surtout que les accents collent aux temps forts de la mélodie, pour rester au plus proche de l’expression parlée. Souvent, mes mélodies naissent avec mes paroles, mais dans certains cas la mélodie vient d’abord – le mystère de la création…

La surprise inattendue de cette activité d’écriture de paroles en anglais en France s’est révélée, il y a quelques années, quand le chanteur français Julien Baudry m’a sollicitée pour la première fois en tant qu’auteur. Là, ce n’était pas le même travail ! Il avait des mélodies, des arrangements, des titres, des idées de ce qu’il voulait exprimer, alors j’ai dû plonger dans son univers, imaginer les mots qui seraient faciles à prononcer et qui correspondraient à son image. C’était très intéressant à faire, et son enthousiasme était encourageant.

Cette première expérience a ouvert la porte à d’autres : une commission avec pour seule consigne « drôle » ; un vrai travail de « coaching » et d’« oreille extérieure » pour des artistes qui se lancent dans l’écriture ; un développement « phonétique » des paroles pour un artiste qui chante ses mélodies d’abord « en yaourt » (un enchaînement de syllabes incompréhensibles) pour me donner une idée des sons qui viennent naturellement. Ensuite je construis le sens et les paroles en restant proche de ces sonorités. Travail minutieux mais passionnant et, je l’espère, très confortable pour l’interprète.

Hélas, en découvrant une chanson, on ne fait pas toujours attention aux paroles ; possible donc que ces efforts ne touchent qu’une petite communauté de passionnés. Pas grave, trouvons-nous entre nous ! J’adore ça, tout simplement : la précision, le mariage des syllabes et des airs, la juxtaposition de cultures, de langues et langages. J’aime écrire les paroles en anglais – en France.

ScreenVicPourSite070413

Tout commence dans la tête !

By |2016-12-22T12:12:39+01:00février 2nd, 2015|paroles|0 Comments

Le jazz vocal et la polyphonie, vol. 2

Ephs-field

The Williams Ephlats, ca. 1988

Le jazz vocal et la polyphonie, comme on le sait depuis mon dernier article, sont au cœur de ma passion pour la musique.

L’année dernière il y a eu une réunion de mon groupe a cappella de la fac, les Williams Ephlats. A mon plus grand regret, je n’ai pas pu y aller. Mais ça ne m’a pas empêché d’être là, virtuellement, avec ces 12 chanteuses et chanteurs drôles et talentueux, et de réfléchir de nouveau à cette entité particulière qui est le groupe vocal.

Parfois (vous l’avez peut-être remarqué :)), il y a une rivalité entre les chanteuses / chanteurs solistes, difficilement explicable mais peut-être liée au fait que l’instrument est le corps, c’est-à-dire soi-même. Tout échec peut être ressenti comme un rejet de l’individu dans sa totalité. Le fait que l’aspect visuel compte au moins dix fois plus pour les chanteuses(eurs) que pour les instrumentistes n’arrange pas les choses, puisque l’image devient vite une obsession. Mais peut-être que d’autres auront d’autres théories ?

A vous de juger cette histoire vraie : une chanteuse lyrique colorature (qui chante plutôt dans les aigus) avoue à une mezzo (qui chante plus bas) : « Ah, heureusement que tu es mezzo. Si tu étais colorature, on ne pourrait pas être amies ! » Bon, le lyrique, c’est autre chose encore…

Mais quand le jazz vocal et la polyphonie se rencontrent, l’ambiance est différente. Dans un groupe vocal, les voix se réunissent pour se renforcer, se mettre en valeur, même si au niveau social il y a une observation et prise de rôle qui se fait. Avant de donner quelques exemples, laissez-moi préciser qu’ils peuvent se décliner au masculin aussi bien qu’au féminin : le clown, la folle qui perd toujours quelque chose, le râleur, la retardataire incurable, la perfectionniste, le séducteur… Au cours des années, j’ai intégré différents groupes, et c’était aussi passionnant de trouver un rôle que de me confronter aux défis musicaux !

Sur mes deux premiers albums en tant que leader, je tenais à inclure des chansons « polyphoniques » a cappella : « Tout Doucement » sur l’album Twinkle (Pitch Puppy Productions, 2007) ; et « Blue Boots » sur am I am (Juste une trace, 2011). Ce fut un énorme plaisir d’arranger et d’enregistrer toutes les voix (et du coup, pas de rivalité, ni de rôle…). 😉 Sur mon troisième album, actuellement en préparation, il y en aura sûrement un autre. Décidément, en ce qui me concerne, le jazz vocal et la polyphonie sont inséparables !

By |2016-12-22T12:12:39+01:00juin 17th, 2014|Jazz vocal|0 Comments