2020 : La Transformation

L’année commence de manière plutôt sympathique : entourée d’amis et de bonne musique émanant de 45 tours placés soigneusement un par un, je regarde le feu d’artifice de minuit avec espoir et gratitude.

En février j’ai la chance d’aller à Venise et de participer au Carnaval pour la première fois, émerveillée par son mystère coloré et élégant. La crise sanitaire semble encore loin de ma réalité. Quelques jours après mon séjour, la dernière semaine du Carnaval est annulée. Les confinements commencent, le feu d’artifice ne fait plus son effet.

Mon habitude de vivre dans les trains et les avions, voire de partager ma vie entre différents lieux, s’envole (si on peut le dire), m’obligeant à choisir, me poser, et me poser des questions. Mon passé, présent, et avenir me parlent des hauts et des bas, et des chemins à entamer pour le temps qui me reste.

Au fil des jours qui défilent, je n’oublie jamais cette immense chance d’être en quelque sorte protégée des souffrances extrêmes dans le monde suite à cette crise sans précédent. Petit à petit je lis, je m’informe, je me rends virtuellement disponible, et j’apprends que l’abondance découle de la générosité.

Heureusement, la crise me permet de réaliser un rêve : ayant été sélectionnée parmi des centaines de candidats, je pars en résidence artistique dans un parc protégé, « The Porkies » sur la péninsule supérieure du Michigan, mon état natal. Quinze jours sans électricité ni eau courant, afin d’écrire, de jouer, de chanter, inspirée par la nature pure. J’apprends à exister seule, en affrontant mes peurs et faiblesses. J’écoute. Je fais mon deuil. Je crie et crée. Je fête. Je partage.

Plus que jamais, je songe à trouver une utilité plus importante dans cette musique qui fait partie de moi. Passionnée des animaux, je cherche un lien entre les deux.

Et là, l’étincelle…

Le 21 juin 2020, jour de la fête de la musique, « Vicki’s Sunday Stream » voit le jour : un mini-concert, solo sur ma Page Facebook, authentique et spontané. Je sème des graines, en toute simplicité, pour celles et ceux qui veulent bien (re)découvrir. J’arrête de courir après la célébrité, la validation des pros du métier, en faisant un effort monumental pour m’équiper, surmonter les obstacles techniques, et changer mes habitudes de scène.

La mèche est allumée…

Et ces moments devant l’écran font renaître l’espoir du feu d’artifice.

Ce rendez-vous hebdomadaire auto-imposé me pousse à construire mon répertoire de la manière la plus épurée et naturelle possible. Du coup je passe mes dimanches avec des fans dans le monde entier, qui sont présents, me font des commentaires, me remercient, me soutiennent. Je jouis d’une liberté artistique absolue. Et grâce aux participations libres, je verse une partie à la SPA, la Humane Society, 20 Millions d’amis… et je sens que c’est la bonne voie.

Merci 2020 pour ces émotions, ces leçons, cette transformation.

Par |2020-12-08T15:14:54+01:00décembre 8th, 2020|Jazz vocal, La vie de tous les jours, Voyages|0 commentaire

Le Retour du piano

Ma biographie raconte que j’ai commencé à jouer du piano à l’âge de 6 ans…un petit bout de phrase qui n’exprime pas le rôle primordial de cet instrument dans ma vie, depuis toujours…

Toute petite donc, après avoir pianoté avec beaucoup d’enthousiasme devant ma famille, j’ai commencé des cours particuliers de piano, et lors de chaque déménagement familial ce fut une priorité de trouver une nouvelle enseignante. Dans mes souvenirs, les cours de piano se faisaient dans la discipline requise pour aborder les grands compositeurs (Bach, Mozart, Chopin, Rachmaninov…), toujours chez une dame austère, aux cheveux en forme de casque… Bref, elles étaient toutes très compétentes, mais elles manquaient de « peps » à mon goût… Encore aujourd’hui, il m’arrive de qualifier un chemisier ou une robe comme « tenue de prof de piano »… je vous laisse imaginer !

Toujours est-il que ces cours m’ont permis de développer des bases musicales solides et d’obtenir quelques bourses pour financer des stages d’été. Je donnais des récitals, j’accompagnais la chorale à l’école, je commençais à m’accompagner en chantant…

Puis un jour j’ai fait du ski nautique.

Je m’explique :

Atterrie à Miami pour quelques années pendant mon adolescence, un jour j’ai sauté sur une invitation à faire du ski nautique avec des amis, sans penser une seconde au récital auquel je devais participer le lendemain. L’après-midi sur l’eau était drôle et intense, et j’étais bien fatiguée le soir. Mais au récital, en jouant les premières notes d’un prélude de Gershwin, j’ai paniqué : à force d’avoir serré le palonnier pour rester debout derrière le bateau, j’avais complètement épuisé les muscles des avant-bras, transformant les rythmes de Gershwin en soupe caoutchouteuse. La catastrophe…ou au moins c’est comme ça que je l’ai vécu…

A vrai dire, le piano avait réveillé mon côté perfectionniste. Cet « échec » a fait que j’ai évité de jouer en public pendant un bon moment, même si l’étincelle créative continuait de brûler ailleurs : j’ai expérimenté avec le théâtre, la danse, la clarinette, et surtout la voix, sous toutes ses formes, dans toutes ses nuances. Malgré tout, ce « meuble noble » m’est toujours resté très proche, dans tous les endroits où j’ai vécu, et surtout dans mon processus créatif.

Aujourd’hui le temps et la vie m’invitent à partager de nouveau mon amour pour cet instrument mythique et magnifique ; il forme la base de mon spectacle solo et des nouveaux enregistrements à venir… Chaque note représente la joie de toute une vie, et j’espère que cela s’entendra !

Par |2019-09-26T15:20:54+01:00septembre 26th, 2019|Jazz vocal, La vie de tous les jours|0 commentaire

Ode au Café U !

Ayant grandi dans plusieurs endroits du monde (Détroit, Rochester, Grand Rapids, Miami, Boston, Munich…), je n’avais jamais pu suivre l’évolution d’un lieu, d’une amitié, ou d’une activité pendant plus de 5 ans. D’où mon émotion la semaine dernière, à la soirée d’adieux au club parisien mythique, le Café Universel.

Anciennement appelé le Mineschola,