Le Chant joyeux, ou La Joie de chanter

Dans le cadre de nos prestations avec le groupe vocal les Grandes Gueules, on est parfois amené à animer des stages de chant soit pour des adultes amateurs, soit dans des écoles, collèges, maisons de retraites, ou foyers pour personnes handicapées.

Au début j’appréhendais ces séances, car on découvre les conditions de travail, et surtout les participants, en direct live, avec comme seule préparation notre expérience musicale et humaine. Mais c’est justement ça qui me ramène à l’essentiel de ce métier.

Après des années, voir des décennies de cours, d’enregistrements, de concerts, de démarchage, de campagnes pour cueillir des fonds et faire la promo, ces rencontres me rappellent que le chant est avant tout la JOIE de transformer la respiration en un son que l’on puisse ensuite partager, moduler, unir avec les autres, et utiliser comme baromètre pour son propre état d’esprit. Ma voix me dit quand je suis fatiguée ou énervée. Et le fait d’offrir cette expérience à des personnes aussi différentes est passionnant et émouvant, peut-être même plus que de chanter pour les grandes occasions !

En partageant notre travail, on trouve de tout : chez les enfants, de l’enthousiasme qui nous épuise, de la gêne qui fait rigoler ; chez les ados, un air blasé accompagné par des “c’est pas mal” et un super engagement au concert quand même ; chez les personnes en difficulté, de l’émotion pure, des câlins, des souvenirs d’airs chantonnés au siècle dernier, des étincelles dans les yeux de plus en plus souvent vides ou fermés.

C’est ça, chanter, vivre, occuper cette planète !

Par |2017-03-28T15:25:13+01:00mars 28th, 2017|Jazz vocal|0 commentaire

En Résidence

Ca y est : le mercredi 21 décembre 2016, les Grandes Gueules a capella feront la création du spectacle Salvador ! (Henri, non pas Dalí) au Théâtre d’O à Montpellier. Trois concerts, le 21, 22 et 23 marqueront la fin d’une série de résidences artistiques effectuées depuis mai 2016, dans différentes salles françaises.

En fait, c’est quoi une résidence ?

Bonne question…

Faire une résidence est vivre dans une bulle bien éclairée, parfois bruyante, pendant environ 3 à 15 jours. On est logé, blanchi, et nourri – de spécialités locales ainsi que de musique, paroles, lumières, déplacements et pas de danse. En fait on “squatte” le théâtre pour pouvoir peaufiner tous les aspects d’un nouveau spectacle, dans des conditions réelles. C’est une belle sensation de pouvoir consacrer du temps rien qu’à la recherche d’idées, au chant, à la polyphonie, et à la mise en espace sur le plateau. Ca change des gigs où l’on arrive l’après-midi, on fait la balance avec plus ou moins de succès, on joue le soir et hop ! On repart.

Bien sûr, et surtout avec ce groupe qui fait un travail très pointu sur le son, la technologie et l’éclairage, il y a des blocages et des périodes d’attente, mais mêmes ceux-ci peuvent se transformer en moments créatifs. Je pense à la traversée des champs en voiture pour trouver le bon parking du domaine, la séance de Wii / Let’s Dance 2017 pour cueillir des idées de chorégraphie, et les innombrables photos et mini-films pour roder des grimaces, des bruits, des phrases fétiche…

A mon avis la clé d’une résidence réussie est la souplesse d’esprit : pas toujours évident de trouver l’équilibre entre ses propres idées / besoins / points de vue, et la mise en veille de ceux-ci pour avancer plus vite et laisser la place aux autres. Pour certains il faut des décennies pour arriver à ce lâcher prise, et évidemment il y en a qui n’y arrivent jamais…

Mais le 21 décembre le travail et le questionnement seront oubliés, et l’on tentera de créer des moments de magie en tirant notre chapeau à cette grande figure de la chanson française, Henri Salvador. Quelle chance d’être en compagnie de David Richard, Marie Foessel, Bruno Lecossois, Sophie Maio (son et lumière) et Dominique Ratonnat (mise en scène). Croisons les doigts pour cette nouvelle aventure !

VisuelNoStop

Par |2016-12-22T12:12:39+01:00décembre 18th, 2016|Jazz vocal|0 commentaire